mercredi 27 juin 2018

Conseil municipal du 27 juin 2018

Ce retour sur le conseil municipal a pour objet d'informer les citoyen-ne-s sur certaines délibérations de l'assemblée municipale. A cette occasion, je tenterai de vous expliquer mes prises de position et vous communiquerai mes interventions.

Pour l'essentiel :

- Adoption du principe de recourir à une délégation de service public pour l’exploitation du multi-accueil Paris

Nous voterons contre le principe de recourir à une délégation de service public pour l'exploitation du Multi-Accueil Paris.
L'argumentaire financier, le seul avancé en faveur de ce mode de gestion lors de la commission n'a pas suffit à nous convaincre.
Malgré un constat sans appel sur la qualité et le niveau de formation du personnel en faveur des équipements en régie, de plus en plus de collectivités se tourne vers ces modes de gestion pour un secteur aussi sensible que celui de la Petite Enfance. C'est un choix.

Les crèches sont d'importants lieux de prévention, d'apprentissage et de culture, des lieux d'accueil pour tous types de familles confrontées parfois à des difficultés d'insertion sociale et professionnelle. Selon nous il faut des moyens cohérents avec ces objectifs or dans les appels d'offres de ce juteux marché le prix pèse plus que la qualité pour l'évaluation des candidats.

La rentabilité pour les structures privées se fait sur les ressources humaines(personnel moins qualifié et précarisé) et sur la maximisation des taux d'occupation (familles qui réservent 5 jours par semaine privilégiées). Les collectivités deviennent souvent complices cela leur évite de payer les compensations souvent prévues dans les contrats de délégation de service public. Notre commune a-t-elle prévu de communiquer les listes d'attente au délégataire? Y-a-t-il une compensation financière prévue si le taux d'occupation n'est pas celui initialement prévu?
A l'heure où il est question de rembourser le groupe Bolloré pour la délégation de service public Autolib, il va être temps selon nous de s'interroger sur un système de gestion dont le mot d'ordre est "mutualisation des pertes et privatisation des profits".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire