mardi 17 octobre 2017

Taxe d’habitation: en quête de justice fiscale

La fin de la taxe d’habitation est l’une des rares promesses d’Emmanuel Macron que les électeurs ont retenues. Mais cette suppression, censée compenser la hausse scandaleuse de la CSG, ne consiste qu’à déshabiller Paul pour habiller Jacques. Certes, la taxe d’habitation est un impôt injuste car les valeurs locatives sur lesquelles repose son calcul n’ont pas été remises à jour depuis 1973, favorisant les habitants des centres-villes au détriment des banlieues. Mais entre supprimer un impôt injuste et le conserver, il existe une autre voie : le modifier pour le rendre plus juste. Soit l'inverse de ce qui va être fait pour l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) promis à un enterrement sans fleurs ni couronne en même temps que toute idée de justice fiscale. Car le gouvernement a tranché : c’est aux plus pauvres et aux classes moyennes de payer pour les plus riches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire