lundi 4 juillet 2016

Voeu contre l'installation des compteurs Linky


Afficher l'image d'origine





Voici le voeu que nous avons proposé lors du conseil municipal du 27 juin 2016 s'opposant à l'installation des compteurs "intelligents" Linky sur la commune de Charenton le Pont. Ce voeu a été rejeté par la majorité municipale.



Depuis le 1er décembre 2015, ERDF a débuté l'installation des compteurs électriques Linky. Ce projet de comptage « évolué » dans le domaine de basse tension de faible puissance a pour objectif le déploiement de 35 millions de compteurs communicants d'ici à la fin de l'année 2021 pour atteindre d'un taux d'équipement de 90%.
L'installation, estimée à 4,5 milliards, soit environ 128€ par compteur, sera répercutée indirectement sur les factures des consommateurs sous le nom de Contibution Tarifaire d'Acheminement.
Ces nouveaux compteurs « intelligents » ont une durée de vie prévisionnelle d'une vingtaine d'années et viendront remplacer les anciens à la durée de vie moyenne de 60 ans, et dont la grande majorité est encore viable.
Il n'est donc économiquement et écologiquement pas justifié de se débarrasser des compteurs actuels qui fonctionnent très bien et ont une durée de vie plus importante.

Les compteurs communicants sont également facteurs de risques pour la santé des habitants et pour le respect de leur vie privée.
En effet, pour exploiter les fonctions des compteurs communicants de type Linky, ERDF injecte des signaux dans le circuit électrique des habitations par la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne). Or les câbles des habitations ne sont pas prévus pour cela et le CPL génère des rayonnements nocifs pour la santé des habitants et plus particulièrement celle des enfants. L'article 7 de la loi Abeille du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques a d'ailleurs renforcé les mesures de protection des enfants. La prétendue innocuité des ondes et rayonnements émis par ces compteurs communiquants est fortement contestée par diverses associations : Robin des Toits, PRIARTEM, CRIIREM. Cette nouvelle source d'ondes, officiellement classées par l'OMS dans la catégorie « potentiellement cancérogène », fait donc peser une menace sanitaire supplémentaire sur les populations.
Les compteurs Linky sont prévus pour analyser quasiment en temps réel, la consommation de l'installation desservie. Ils permettront aux opérateurs de recueillir (et de revendre) d'innombrables données sur la vie privée des usagers, potentiellement utilisables à des fins commerciales mais aussi de surveillance et de remise en cause des libertés publiques. La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés ainsi que la Ligue des droits de l'Homme demande qu'ERDF respecte leur « pack de conformité » et obtienne le consentement de l'usager pour le transfert des données personnelles.
Au président d'ERDF qui se définit désormais comme un « opérateurdu Big Data », nous rappelons que les communes ont pour vocation de servir l'intérêt général, et non de favoriser des intérêts commerciaux.

Enfin, la mise en place des compteurs communiquants de type Linky entrainera la suppression de milliers d'emplois puisque la relève se fera à distance, de même que les réglages ou coupures pour factures impayées le compteur disposant d'un interrupteur intégré. Les populations les plus précaires seront encore une fois en première ligne.

Considérant ces différents problèmes,

Considérant que le Code de l'Energie, et notamment l'article L322-4, stipule que les collectivités sont propriétaires des réseaux de distribution d'électricité en aval des postes de transformation de la moyenne tension, les compteurs actuels d'électricité font partie de ce réseau et appartiennent donc aux collectivités et non pas à ERDF,


le groupe Pour Charenton l'humain et l'écologie propose que le Conseil municipal de Charenton-le-Pont :

- décide que les compteurs d'électricité de Charenton-le-Pont, propriété de la collectivité, ne seront pas remplacés par des compteurs communicants (de type Linky ou autre), et qu'aucun système relevant de la téléphonie mobile (GPRS ou autre) ne sera installé sur ou dans les transformateurs et postes de distribution de la commune.

- demande au Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour les Energies et les Réseaux de Communication (SIPPEREC) d'intervenir immédiatement auprès d'ErDF (Enedis) pour lui signifier que les compteurs communicants ne doivent pas être installés à Charenton-le-Pont. 

Si ce sujet vous intéresse, nous vous invitons à vous renseigner sur  les sites suivants : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire