mercredi 25 mai 2016

Conseil municipal 25 mai 2016


Ce retour sur le conseil municipal a pour objet d'informer les citoyen-ne-s sur certaines délibérations de l'assemblée municipale. A cette occasion, je tenterai de vous expliquer mes prises de position et vous communiquerai mes interventions.

Pour l'essentiel :


  • Délibération n°8 : Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la convention constitutive d'une coopération entre la ville de Saint-Maurice et la ville de Charenton-le-Pont pour la poursuite en commun d'actions de développement économique et d'aide aux demandeurs d'emploi

    Nous saluons la mise en place des cours informatiques pour les demandeurs d'emploi car ce que Pôle Emploi appelle: « Le Nouveau Parcours du Demandeur d'Emploi » est une machine à radiations qui aura pour conséquence d'éloigner des agences les chômeurs qui ont le plus besoin d'être accompagnés dans leurs démarches.
    En revanche compte tenu de la hausse du nombre de demandeurs d'emploi sur la commune, le service proposé d'accompagnement doit être développé et non simplement maintenu en l'état. Entre 2013 et 2014, le nombre de demandeurs d'emploi sur notre commune a augmenté de 6,8%. 57% d'entre eux sont des chômeurs de longue voire très longue durée et 27% sont des séniors c'est à dire des profils pour lesquels le retour à l'emploi est le plus compliqué et le risque de précarisation le plus grand. Si la commune noue des relations étroites avec les entreprises qui y sont installées, elle doit pouvoir développer un partenariat pour la réalisation de périodes d'immersion, souvent indispensables à un retour à l'activité professionnelle ou à l'entrée dans le monde du travail. Sur ses marchés publics, qu'ils s'agisse de marché de travaux, marché de services ou marchés de prestation intellectuellle, ou dans le cadre des Concession de Service Public, la commune a également la possibilité d'ajouter des clauses d'insertion sociale dans ses cahiers des charges réservant ainsi des postes pour des demandeurs d'emploi longue durée de la commune. Enfin la mutualisation de ces services avec la commune de Saint Maurice pourrait être l'occasion d'une réflexion sur l'aide à l'installation d'une structure de l'insertion par l'activité économique.
  • Délibération n°9 : Attribution de subventions communales et départementales au titre de l'année 2016.
La vie associative charentonnaise a cette particularité que d'année en année, on ne voit apparaître que très peu de nouvelles associations, la boucle semble être close, les besoins identiques.
Circulez y a rien à voir ! 
Nous constatons qu'un certain nombre de subventions pour la vie associative relèvent d’associations culturelles aux arrières-cuisines religieuses. Nous ne doutons pas qu’elles peuvent être utiles aux Charentonnais, mais nous aimerions avoir un minimum d’informations explicatives sur les actions menées avec l’argent public sollicité.
Le saupoudrage des associations à caractère social se poursuit et s'affine .
Enfin les critères d'attribution aux associations à caractère éducatif poursuivent la duperie de nous faire croire à l'égalité de toutes et tous devant le système éducatif.
Mais l'actualité associative charentonnaise est ailleurs cette année. Car 13 membres d'une association sont assignés en justice à titre individuel. Que l'on soit ou non d'accord avec leur combat, l'idée que les adhérents d'une association puissent être assignés individuellement est une attaque grave à l'esprit associatif dans son essence. Car à partir du moment où elle est déclarée au Journal Officiel, une association devient personnalité juridique. Elle peut donc être assignée en tant que telle sans que de vicieux subterfuges soient employés pour obtenir les noms de ses adhérents et les intimider chacun leur tour.

  • Avis du Conseil Municipal sur le principe d'une nouvelle Concession de service public relatif au stationnement payant sur et hors voirie à Charenton-le-Pont.
Sur le principe même de la concession de service public, nous avons déjà expliqué à de nombreuses reprises les raisons pour lesquelles nous n'y étions pas favorables.
Nous retrouvons dans l'épisode voté aujourd'hui tous les ingrédients qui alimentent notre opposition à cette pratique. 
D'une part un cabinet d'experts en gestions déléguées, fort enclin à conseiller concessions et autres partenariats publics-privés, beaucoup moins à un maintien ou un retour en régie publique. La régie directe n'y est présentée que comme un coût et un embarras administratif alors qu'elle assure recettes et autonomie à la Ville.
Ces opérateurs de l'idéologie libérale sont les premiers grands gagnants de l'affaire.
Mais aussi un délégataire revenu depuis peu à un nom plus modeste que celui d'un génie de la Renaissance italienne qui a engrangé 14% de marges très sereinement et ce pendant plusieurs années au détriment de la commune et de ses habitants.
Et encore une fois cette privatisation de l'espace public qui ne favorise pas l'utilisation de transports alternatifs et condamne nos vies au tout voiture ne fait pas partie du monde que nous voulons.

  • Actualisation des plafonds tarifaires de la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure pour l'année 2017.

Nous continuons à déplorer le règlement communal de la publicité, des enseignes et pré-enseignes qui depuis 2007 définit différentes zones dans notre ville : certaines à publicité restreinte et d'autres à publicité élargie. C'est à dire que la ville reconnaît la nuisance publicitaire mais ne protège pas tous ses citoyens également de cette pollution visuelle et idéologique.
Nous sommes, quant à nous, favorables à la suppression des panneaux publicitaires et au contrôle des enseignes, en particulier celles énergivores. Ce n'est pas l'option que vous retiendrez, je le sais bien.
En revanche, puisqu'il est question d'affichage, nous demandons que les recettes générées par la publicité commerciale soient investies dans la mise en conformité de la commune avec ses obligations concernant l'affichage libre. Le Code de l'Environnement fixe pour une ville comme Charenton 22m2 soit 11 panneaux d'affichage disponible pour l'expression citoyenne, associative, syndicale et politique. Notre ville ne met à disposition que 2 panneaux à ce jour.
Craindrait-elle plus l'expression citoyenne, culturelle et civique que le lavage de cerveau publicitaire ?  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire