mercredi 16 décembre 2015

Conseil Municipal du 16 décembre 2015

Ce retour sur le conseil municipal a pour objet d'informer les citoyen-ne-s sur certaines délibérations de l'assemblée municipale. A cette occasion, je tenterai de vous expliquer mes prises de position et vous communiquerai mes interventions.

Pour l'essentiel :




  •  Présentation des décisions prises par le Maire en application de l’article L2122-22 du CGCT 

En début de conseil, dans les diverses décisions prises par le Maire nous tombons sur cette dernière :
"MISSION D’ASSISTANCE EN VUE DE LA PASSATION D’UN CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC D’UNE STRUCTURE PETITE ENFANCE DE LA VILLE DE CHARENTON-LE-PONT". Un cabinet privé est donc payé pour étudier la pertinence d'une telle délégation. Je décide, en signifiant ma désapprobation, d'interroger la majorité municipale à ce sujet : 
Nous lisons qu'un projet est en cours de délégation de service public d'une structre de Petite Enfance. Pouvons-nous avoir plus d'informations sur cette intention de confier des enfants charentonnais aux mains de la rentabilité éducative?

  • Autorisation donnée à Monsieur le Maire d’accorder jusqu’à douze dérogations annuelles au repos dominical aux commerces de détail situés sur le territoire de la commune qui en feront la demande.
Les enjeux de la généralisation du travail le dimanche sont à la fois sociaux, écologiques et surtout humains.
Quel peut être l'objectif d'avoir un temps envisagé de classer le moribond centre commercial Bercy 2 comme zone touristique internationale? 
Pas seulement de faire sourire les habitants du quartier de Bercy mais bien de profiter de la non application des règles du droit du travail dont bénéficient ces zones. Nous n'y sommes pas mais le lobby des grandes enseignes est à l'offensive.
Nous savons désormais qu' "il n'y a aucune corrélation entre la libéralisation des horaires des magasins et le niveau de consommation" pour reprendre les mots de Philippe Askenazy, économiste et directeur de recherche au CNRS. Autrement dit vous pouvez ouvrir 7 jours sur 7, si les gens n'ont pas plus d'argent les achats se retrouvent seulement étalés sur 7 jours et non plus 6.
Pire encore l'extension du travail dominical a un autre coût, bien plus exorbitant, c'est celui de la menace que fait peser l'hyper consumérisme sur notre écosystème. De l'obsolescence programmée des objets à la sollicitation permanente créatrice de faux désirs, on veut nous faire croire que le bonheur est au fond du caddie.

Nos dimanches chômés sont une conquête du mouvement ouvrier. La loi du 13 juillet 1906 qui a institué une journée de repos hebdomadaire le dimanche a posé, comme à chaque réduction du temps de travail, la question centrale de l'émancipation des travailleurs, de leur temps libre en dehors du travail.
En famille, entre amis, en amour, en ballades, en visites culturelles, en manif, à lire, à se reposer, refusons la double aliénation d'une vie condamnée au travail et à la consommation!


  • Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer avec le(s) futur(s) attributaire(s) le marché passé en appel d’offres ouvert pour les travaux de construction de l’école Anatole France.
Sur cette délibération je suis surprise qu'une autorisation de signature de marché de travaux soit donnée avant le résultat d'appel d'offre. D'autant que la note ne fait pas état d'un montant maximal à engager pour cette opération. Eyt je suis plus surprise de la différence entre la note de présentation et la délibération : rien de moins qu'un parking public sur deux niveaux!! Savons-nous aujourd'hui où se feront l'entrée et la sortie du parking? Et bien sûr où seront situées ses ventilations? Affaire à suivre...

  • Approbation de la modification simplifiée du Plan Local d’Urbanisme de la Ville de Charenton-le-Pont.
Nous nous abstiendrons sur cette délibération. Non pas que nous soyons opposés à la performance énergétique des bâtiments en particulier et aux économies d'énergie en général. Pour exemple la modification de l'article UB9 sur les emprises au soldes constructions ne peut se faire par une modification simplifiée mais uniquement après enquête publique car la décision de diminuer les espaces verts et les zones d'infiltrations des eaux pluviales est l'affaire de tous.
Donc l'écologie-prétexte, l'écologie-chantage qui n'impose aucunes règles ou procédure précises de certification, tout juste utile à contourner des règlements et à générer des profits financiers, ne participe pas de notre conception d'un développement durable et responsable écologiquement et humainement.


  • Mise en révision du Plan Local d’Urbanisme de la Ville de Charenton-le-Pont et définition des modalités de la concertation
En commission, la majorité admet que l'objectif de cette procédure est uniquement de garder la main sur une compétence perdue au 1er janvier 2016. Or il est précisé dans la note de présentation que la commune n'aura pas la ossibilité de mener les études permettant d'aboutir à l'approbation de ce projet. Belle contradiction et un objectif totalement insuffisant pour lancer une telle procédure qui doit être motivée.
L'aménagement du secteur Bercy-Charenton, désormais d'intérêt métropolitain voire national, devient après des années d'inaction l'un des principaux objectifs de cette mise révision du PLU. N'est ce pas un peu tard?
Enfin nous avons appelé en commission à ce que cette révision du PLU permette d'encadrer aux mieux la pose des antennes relais 4G par les opérateurs de téléphonie mobile (comme il y a peu la tentative de Free Mobile à proximité de l'Ecole des Quatre Vents) et à faire de cette procédre démocratique une réussite dont la Ville a tant besoin!


  • Fixation des tarifs des prestations périscolaires, extrascolaires et scolaires à compter du 1er janvier 2016 :  Restauration  Accueil du soir en maternelle et élémentaire  Ateliers bleus en élémentaire  Accueils en centres de loisirs du mercredi (demi-journée) et vacances scolaires (journée complète)  Mini-séjours/classes de découverte 
En 2015 si 36,5% des familles charentonnaises se situent dans la tranche la plus haute du coefficient familial, 36,5% se situent dans les 3 tranches les plus basses (dont 16,5% pour la première tranche) c'est à dire qu'elles gèrent des budgets qui ne peuvent souvent pas faire face à ce que la majorité municipale appelle une "augmentation contractuelle".
Les tarifs de ces prestations municipales ne cessent d'augmenter d'année en année tandis que le quotidien des familles les plus en difficulté se résume bien souvent à de la survie pour nombre d'entre elles. SMIC et RSA augmentent respectivement de 0,6% et 0,9% sur 2015. Pour les tarifs sur Charenton c'est une hausse de 2,5% qui est proposée pour 2016.
Il faut bloquer les tarifs des prestations scolaires, extrascolaires et périscolaires!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire