mercredi 11 novembre 2015

Les PME contre le TAFTA




Bonne nouvelle: les petites et moyennes entreprises, en particulier en Belgique et en Allemagne, comprennent que le traité transatlantique de libre-échange Tafta négocié dans l'opacité entre l'Union Européenne et les Etats-Unis est un miroir aux alouettes mais une aubaine pour les vautours.
Un article de Rachel Knaebal publié sur Basta ! Bastamag est d'ailleurs dans le collimateur de Vincent Bolloré, bien décidé à faire taire toutes les voix discordantes à Canal+ comme dans les médias indépendants

Le traité de libre-échange Tafta serait une aubaine pour la croissance et l’emploi, promet la Commission européenne. Ce n’est pas ce que pensent nombre de dirigeants de petites et moyennes entreprises en Europe, notamment en Allemagne et en Belgique. Ils se rendent comptent que les mirobolantes promesses de croissance et d’exportations profiteront principalement aux multinationales. La plupart des PME européennes et leurs salariés en pâtiraient. En Allemagne, en Autriche, et en Belgique, des groupements de PME se mobilisent carrément contre le Tafta.
« Nous savons que les petites entreprises et les territoires dans lesquels elles opèrent ont des chances d’être parmi les plus grands gagnants de cette accord. » La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, met tout en œuvre pour convaincre les petites et moyennes entreprises européennes des bienfaits du traité transatlantique de libre-échange Tafta (TTIP en anglais). Ce traité est en cours de négociation entre la Commission européenne et Washington.

« Le niveau d’information des PME sur ces négociations est extrêmement faible. Elle ont très peu participé aux travaux en amont des négociations. Mais depuis un an, la Commission européenne mise sur le soutien des PME pour renforcer le camps des promoteurs du traité. A chaque fois qu’elle le peut, elle met en avant les bénéfices promis aux PME », constate Mathilde Dupré, chargé de campagne à l’institut Veblen pour les réformes économiques, qui vient de publier un rapport sur le Tafta et le PME Problème pour les néolibéraux : la nouvelle stratégie de communication de la Commission passe de moins en moins auprès des patrons des PME européennes. Ils sont de plus en plus nombreux à afficher leur scepticisme, voire carrément leur opposition au traité de libre-échange...

La suite ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire