mercredi 15 avril 2015

Le souffle de Charenton




La pollution atmosphérique n’est pas qu’un désagrément. Elle tue. En France, le nombre de morts, qui en sont victimes dépasse les 40 000 par an, dix fois plus que les décès provoqués par les accidents de la route. En plus de ces morts prématurées, il faut ajouter les maladies liées aux particules fines: bronchites chroniques, pneumonie, asthme… Une étude américaine a démontré en 2013 que l’exposition des femmes enceintes à la pollution atmosphérique perturbe le développement du foetus et accroit de façon significative le nombre de naissances d’enfants d’un poids inférieur à 2,5 kilos. Ce sombre tableau, c’est la vie quotidienne de Charentonnais riverains de l’A4 et du périphérique. Ce que nous voulons rappeler par ces chiffres c’est que la couverture de l’autoroute est une nécessité absolue qui devrait transcender les clivages politiques et mobiliser toutes les énergies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire